Accueil

Éric Vernier, docteur ès sciences de gestion HDR, maître de conférences en finance à l’ULCO, membre du LEM (UMR 9221), dirige la Chaire Commerce, Echanges & Risques internationaux (CERi) de l’ISCID-CO. Expert APM, expert Francis Lefebvre, chercheur associé à l’IRIS et consultant international, il est vice-président Éducation et Recherche de la Fondation e5t, administrateur de l’ADERSE et membre du conseil scientifique de la revue Vie et Sciences de l’Entreprise. Il est l’auteur de « Techniques de blanchiment » et « Fraude fiscale et paradis fiscaux » chez Dunod et anime depuis 20 ans des conférences et des formations sur le blanchiment d’argent, auprès des étudiants, des chefs d’entreprise et des assujettis LCB/FT. Souvent sollicité par la presse nationale et internationale pour son expertise, il est régulièrement invité sur les plateaux télé et radio.

twt : @vernierblanchim

La privatisation des routes, une idée à l’encontre du modèle social français

Une idée fait donc son chemin depuis au moins 2015, portée par les sociétés d’autoroutes et reprise depuis par des députés LREM et le gouvernement : privatiser les routes nationales et installer des péages. Ce projet est notamment relayé dans les médias et au niveau politique par l’Institut européen de recherche militant pour la liberté économique et la concurrence fiscale (IREF), un think tank français. Or, plusieurs écueils apparaissent, mettant en avant des contradictions inhérentes à la construction sociale même de la France.

Sur un plan politique, la France s’est construite au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à partir du programme du Conseil national de la résistance (CNR), sur une philosophie remarquable : la démocratie globale, c’est-à-dire politique, mais aussi économique et sociale. Dans cet esprit, les routes sont là pour relier les hommes entre eux, afin de faciliter l’élévation culturelle, intellectuelle et sociale en permettant à tous de se déplacer facilement, librement et gratuitement vers les centres de pouvoir, les musées, les lycées ou les hôpitaux. C’est l’essence même du contrat social rousseauiste. (suite…)